La préparation du cuir avant la couture

1. Formage ou moulage du cuir

Il est parfois nécessaire de mouler le cuir pour donner une forme souhaitée au cuir. Vous devez pour cela n'utiliser que du cuir tanné végétal comme le collet végétal. Les cuirs tannés aux sels de chrome sont rendu imperméables par cette opération et sont donc proscrit pour le moulage du cuir.

Humidifiez les deux faces du cuir en le passant sous l'eau froide du robinet pendant 30 secondes à 1 minute. Égouttez le et laissez le reposer 1 à 2 heures afin qu'il évacue son excédent d'eau.

Si vous utilisez votre objet auquel est destiné l'étui, protégez celui-ci et façonnez le cuir autour et utilisez si nécessaire une lissette ou un objet en bois pour bien marquer les angles. N'utilisez pas d'objets métalliques qui peuvent laisser des traces sur le cuir. Répétez cette opération une deuxième fois 1 à 2 heure après. Laissez sécher le cuir sans utiliser de moyens artificiels (sèche-cheveux, radiateurs...).


2. Le repoussage du cuir

Le repoussage ou martelage du cuir permet de créer des dessins en relief sur le cuir.

Commencez par humidifier le cuir sur toute sa surface avec une éponge passée sous l'eau froide puis essorée. Humidifiez le cuir de façon régulière sur les deux faces du cuir. Appelé également emboîtage, le cuir est mouillé en passant une éponge humide de façon uniforme sur les deux face du cuir (côté fleur et côté chair). Cette étape sera répétée si le cuir sèche pendant son travail.

Dessinez sur le cuir avec un traçoir ou utilisez un calque ou un transfert de motifs ou utilisez directement des matoirs présentant des motifs finis.

Pour les dessins au traçoir ou au transfert, réhumidifiez le cuir et incisez celui-ci avec un couteau à ouvrir pivotant (appelé également couteau à inciser ou swivel) en suivant le tracé dessiné par le traçoir ou le transfert. Ce couteau est conçu spécialement pour obtenir des lignes propres et régulières. Incisez le cuir avec le coin de la lame en appuyant légèrement avec l'index placé sur l'étrier du couteau et tournez dans les courbes avec le manche tenu avec le majeur, l'annulaire et le pouce et en tirant le couteau à ouvrir vers vous.

Ensuite, pour marquer les formes sur le cuir, utilisez un ensemble de matoirs en les tenant bien horizontalement. Mattez le cuir en progressant par demi-longueur afin d'obtenir un mattage régulier sans interruption. Frappez ceux-ci légèrement et régulièrement.

Maroquinerie travaillée aux matoirs, puis teinte ou peinte

Ensuite la teinture mettra en évidence le travail réalisé aux matoirs. Vous pouvez également consulter, pour plus en détail, notre guide des matoirs et la technique de repoussage du cuir. 


3. La teinture

Elle n'est pas indispensable puisque on trouve très facilement du cuir déjà teint. On trouve des teintures de surface (seule la fleur du cuir est teinte) et des cuir teint dans la masse (toute l'épaisseur du cuir est teinte).

Ne teintez ou peignez uniquement du cuir tanné végétal. Les teintures cuir ne pénètrent pas dans le cuir tanné au chrome car celui-ci rend le cuir imperméable.

Vous trouverez différentes teintures et peintures sur la boutique Créa-Cuir. Faites des essais sur des chutes pour visualiser l'aspect après le passage de la teinture.


4. Fixation des accessoires de mercerie et poches éventuelles

Avant de passer à la couture des grandes pièces, il est préférable de fixer les systèmes de fermeture, décorations et poches (pour les sacs à dos par exemple), ensuite vous passerez à la couture du cuir.

Il existe toute forme de fermoirs, des boutons-pressions qui sont les plus usités dans la maroquinerie, des fermetures magnétiques, très pratiques, et bien d'autres (fermeture type "cartable", à passant, avec boucles type "ceinture"...).

La pose de rivets

La pose de bouton-pressions

La pose d'oeillets